Aller le contenu

Peau Claire des personnages : A Bas Les Complexes !

Il y quelques jours, j’ai vu passer sur Facebook la publication d’une autrice, Thyphanie Moiny, qui poussait un petit coup de gueule au sujet de deux expressions idiotes « summer body » et « roman de plage ». Quand on veux nous faire croire qu’avoir la peau claire, de l’embonpoint ou lire sur la plage, c’est mal.

Je partage ses opinions.

Dénigrer la qualité des lectures de la période de l’année où les gens ont le plus de temps pour lire, c’est absurde.

Et moi aussi, je suis excédée par ce dictat du corps parfait. Ces complexes que l’on créée, ou renforce, pour que les gens soient mal dans leur peau, afin de leur vendre des produits… Il « faut » être mince. On vous vend des régimes. Il « faut » être bronzé. On vous vend de l’autobronzant.

Ce dernier point me touche personnellement. Vous ne le voyez pas derrière votre écran, mais il se trouve que je fais partie des personnes ayant la peau très claire. Depuis toujours, on me le fait remarquer. Comme si je ne le savais pas… Et j’entends des phrases idiotes comme « tu es blanche, dis donc ! », « tu devrais aller au soleil de temps en temps ! ». Depuis l’enfance, j’entends sans cesse le même refrain. Comme si mes parents me séquestraient dans une cave !

Bien sûr que je sors ! Mais ma peau a le phototype 2. Teint pâle, cheveux châtains, bronzage quasi-impossible, susceptible de prendre des coups de soleil facilement. Moralité, je ne bronze pas, ou si peu que ça ne se voit même pas. C’est normal. C’est la nature. Pourquoi devrait-on complexer pour quelque chose de naturel ?

Une mode récente

Pour mémoire, sachez que cette mode qui consiste à avoir le teint hâlé est récente. Grosso modo, c’est depuis 1936 et l’instauration des congés payés. Il faut montrer qu’on a les moyen d’aller en vacances. Pour montrer qu’on est aisé. Avant, c’était le contraire. Le teint clair était le signe d’un statut social élevé. D’où la mode des ombrelles. Le teint hâlé était, lui, l’apanage des classes laborieuses. Dans certains pays d’Asie ou d’Amérique latine, c’est encore le cas. Être pâle, c’est être riche. C’est pourquoi on croise des touristes asiatiques qui se protègent du soleil sous des parapluies.

Le bronzage n’est pas toujours une bonne idée…

Je tiens à rappeler que chaque coup de soleil diminue notre capital soleil. Donc, les personnes qui cherchent à en attraper pour bronzer vieilliront plus vite. Le bronzage fait vieillir la peau. L’excès de bronzage favorise le cancer de la peau. Non, vouloir bronzer à tout prix n’est pas une bonne idée. Et en plus, c’est… esthétiquement discutable.

Personnages à la peaux claire dans mes romans

Voilà pourquoi dans plusieurs de mes romans, des personnages ont la peau très claire. (Aglaé dans Sous les cieux de Syranis tome 2 La Déesse en sommeil, Anne et Jean dans Les Effacés…). J’aime mettre de temps en temps des personnages qui me ressemblent, même si c’est loin d’être le cas de tous ! J’aime casser les codes, non seulement pour ce qui est du genre littéraire, des types de personnages présentés, mais aussi de leur apparence physique. C’est ma façon de dire aux gens qu’il faut s’accepter tel qu’on est, quel que soit la couleur de sa peau, sa particularité physique.

Tous différents

Les représentations dans la fiction jouent un rôle essentiel dans nos visions du monde et des gens. C’est pourquoi il est crucial de proposer des personnages qui sortent des codes esthétiques habituels. Pour que chacun puisse se reconnaître, et se dire « ce n’est pas grave si j’ai tel défaut / particularité physique ».

Je ne juge pas les personnes qui mettent en avant la beauté des personnages, car je faisais la même chose du temps où je ne publiais pas encore. C’est normal, puisque nous vivons dans un monde où l’apparence est surévaluée. Mais j’en ai marre de lire des résumés de livres qui mettent en avant le physique du personnage, comme si cela le définissait. (Par exemple « c’est le beau gosse du lycée » Quid de sa personnalité ? Sa beauté est son seul atout). Et il y a aussi des couvertures qui sont trop basées sur la plastique du mannequin qui pose. (Les couvertures où l’on ne voit qu’un torse mâle très musclé mais… sans tête.) C’est quelque part déshumanisant et triste. Et bien sûr, on nous fait croire que pour être beau, il faut être jeune. Histoire d’être sûr que l’on complexe tôt ou tard.

Tout cela entretient le mythe du corps parfait, que personne n’a de toute façon. Le corps change au fil du temps. Les modes aussi.

Moralité…

La pression sociale, il faut la mettre à la poubelle.

Et si on vous embête avec votre embonpoint / votre maigreur, votre pâleur / votre peau brune, etc.


2 Comments

  1. florianedubois florianedubois

    un très bon article qui fait réfléchir. Et la conclusion…tout est dit

    • admin admin

      Merci beaucoup ! J’espère qu’il pourra aider certains à relativiser les remarques désobligeantes et les injonctions sur le physique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez ma newsletter !
Mon blog vous plaît ? Restons en contact !
Vos données ne seront pas revendues. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Recevez ma newsletter !
Mon blog vous plaît ? Restons en contact !
Vos données ne seront pas revendues. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Nouveauté !
Nouveauté !
%d blogueurs aiment cette page :